Passons maintenant à une nouvelle lignée ...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le Destin s'acharne [PV Garos]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Garos

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Ven 9 Avr - 15:28

    La tête que Sirus faisait à cette instant ravi le petit lionceau. Tout avait été si parfais! Puis Garos fini par se levé, sa blessure s’étant remplie du sable de la grotte. Le petit ne pensait pas encore à avoir mal, comme si l’adrénaline était encore présente. Il était bien trop énervé pour prendre le temps d’un réfléchir.

    -Ouais tu parles!

    Le lionceau tendis alors la patte dans celle de Sirus. Celui-ci ne pouvait capté si la réplique était sarcastique ou réaliste. C’est après ce geste que le petit commença à s’agiter dans tous les sens. En expliquant comment il s’avait sentit lors de l’épreuve, il sautait d’un côté, puis de l’autre, agitant pattes, tête et expression du visage aux mots qu’il prononçait.

    -La grotte et tout, c’était fou! L’énergie que j’avais dans moi et aussi cette sensation de courage, j’ai jamais vécu ça. J’avais l’impression pendant un instant que je pouvais changer le monde et que j’étais fort… C’était fou comment j’ai aussi eu peur… J’étais plus capable de penser… c’était trop fort et trop bien!

    Puis il se calma enfin, s’assoyant pour prendre le temps de faire un soupire de soulagement. C’était enfin finit, son corps recommençait à prendre des trais plus tranquille. Ça faisait du bien, une sensation de bien être suivait toujours une poussé d’adrénaline. Le petit fit alors un sourire à Sirus. Une question vint heurté de plein fouet ses pensées de petit gamin.

    -He Sirus, c’est qui tes ancêtres?

    Garos était revenu à la conversation amorcé dans la salle circulaire. Il était évidant que le petit voulait en savoir plus pour avoir un jour le plaisir de faire revivre cette aventure à un autre lionceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirus
Le miroir brisé ~
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : Paradis tropical / Canyon / Rivière des crocodiles

Mon perso'
Âge: Adolescent
Compagnon: /
Particularité: Ombre du Miroir brisé

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Ven 9 Avr - 23:11

Décidément, ce petit ne cessera jamais de l’étonner ! Il venait de faire un "top-là" en règle mais la phrase de Garos pouvait être interprété dans les deux sens, laissant ainsi planer le doute. Ah quelle enfant espiègle et rusé, quoique un peu sadique. Sirus ne savait s’il devait comprendre tout cela comme un jeu ou bien si la rancœur était réellement vraie. Mais l’explication suivante vint confirmer leur relation, même si cela mit un sacré coup dans le moral de Sirus. S’il avait fait tout cela, c’était bien évidement pour que le petit ressente tout cela, qu’il comprenne l’importance et le sens de la vie mais surtout d’une autre moralité. Garos était donc intelligent, et il semblait avoir compris cela dès le début, alors pourquoi avait-il voulu se venger de Sirus ? Bah ce n’était pas si important au final, il y avait des leçons à en tirer et ce n’était pas plus mal. Une fois que l’enfant se fut calmé, Sirus s’avança pour se mettre en face du mur du courage, le contemplant de ces merveilles.

- Et bien bravo tu as parfaitement réussi l’épreuve du courage, dompter sa peur pour venir en aide à quelqu’un n’est pas chose facile …

Il s’arrêta la, se perdant un peu dans ses pensées, il aurait normalement du continuer d’expliquer la morale de cette épreuve et la suite de l’histoire du grand roi mais il préféra, pour une raison inconnue, de s’abstenir. Garos était derrière lui et aucun ne pouvait voir le visage de l’autre. Sirus profita donc de ce petit moment de silence, heureux enfin que la pile électrique se soit arrêtée. Il était impossible de prévoir les mouvements et actions de ce rayon de soleil, et encore moins ce qu’il peut dire. Cette brusque phrase ramena le pauvre Sirus dans la réalité. C’était un sujet bien épineux, hardu d’en parler, car il ne fallait pas oublier qu’il avait menti, il n’était en rien en nomade, simplement un exilé qui cherchait à combler le désir de son cœur, la rancœur de la vengeance.

- C’est étrange de dire cela à un nomade, mais mes ancêtres sont les tiens, vu que tous les lions sont mes frères.

Il tourna juste la tête, affichant ce faux sourire froid et triste, celui qu’on donnait généralement lors des situations ou tout allait mal, pour ne pas inquiéter ses amis afin qu’ils ne se fassent pas de soucis. C’était une étrange philosophie qu’il ressortait la, peut être que Garos ne la comprendrait pas mais la n’était pas le but, c’était tout simplement une belle phrase pleine de valeur qui n’avait pour but que de détourner la vraie réponse à cette question au combien tortueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garos

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Sam 10 Avr - 6:26

    Garos approcha alors du mur et posa sa patte sur une trace d’un autre lionceau. C’était incroyable comment il y avait de lion qui était passer ici. Mais étrangement, Garos sentit que quelque chose n’allait pas avec le lion. Il tourna le visage puis avança en regardant en l’air, le soleil qui entrait dans la caverne. L’avantage de Garos, c’est qu’il avait beaucoup empathie ce qui lui permettait de voir si les gens mentaient. Mais c’était dure à développé, rien n’était encore parfait. Les félicitations lui valu un sourire venant du lion au teint chocolat, ce qui fit sourire encore d’avantage le gamin. Mais quand Sirus divulgua sa deuxième phrase qui avait dans le but de répondre à sa question, Garos comprit à moitié ce que le grand lion voulait dire. Il se dépêcha puis monta ses pattes sur le ventre de Sirus.

    -Hé, ça veut dire que tu viens de la terre des lions…

    Le lionceau fait un sourire franc et camouffle sa petite tête dans le poil de Sirus. Puis il finit par la retiré sa tête pour lever les yeux vers Sirus.

    -Reste avec nous, tu pourrais être mon grand frère… J’ai toujours rêver d’avoir un grand frère, juste pour moi! Tu verras, ma famille est super! Y’a ma maman Hanaia et Guan c’est mon papa… ils sont trop sympa, tu verras!

    Sirus compris alors quelque chose. Guan est le frère de Garos, le papa de Taha donc le petit Garos, 2ème du nom, est le cousin de Taha. À l’époque de l’enfance de Taha et de Sirus, Guan était un adolescent, le frère jeunot de Garos. La famille des Taha n’était pas très grande mais disons qu’à l’époque, elle était une des plus respecté.

    Le petit lionceau semblait être très franc envers Sirus. Il voulait d’un grand frère, surtout que Sirus était le genre de lion « cool » du coin. Les adolescents ne semblaient pas prendre conscience des lionceaux et semblaient souvent plus penser au amour qu’à s’occuper des petits. Garos voulait tellement et n’accepterait aucun refus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirus
Le miroir brisé ~
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : Paradis tropical / Canyon / Rivière des crocodiles

Mon perso'
Âge: Adolescent
Compagnon: /
Particularité: Ombre du Miroir brisé

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Sam 10 Avr - 13:35

Il était natif de ces terres, et cela, il ne devait jamais l’oublier. Son père avait été fier d’être né sur ces terres, d’avoir grandit en ce lieu et d’avoir rencontré le grand amour. Même après la terrible affaire qui ont fait exiler la petite famille, son père n’avait voué que sa haine envers Garos et non sur la terre des non exclus. Même si cette haine avait finit par le ronger petit à petit. C’était peut être la solitude qui avait fini par avoir raison de lui …. Non ! La seule chose qui eut raison de son père fut cette trahison soudaine et imprévue, lui brisant le cœur et sa fierté. Il contempla un instant la marque ou Garos venait de poser sa patte, c’était celle de Sirus, étant lionceau, qui l’avait apposé la. Tant de souvenir revenait, mais cette fois, au lieu de la nostalgie, ce fut le remord et le regret. Il avait eu tellement de bon moment avec son père, avec sa mère, alors pourquoi ?! Qu’avait-il fait en ce monde pour perdre cela ? Il aurait simplement voulu vivre avec sa famille au rocher, resté la bas avec tous ces gens qui lui avaient été si cher à son cœur. Mais maintenant, c’est passé, révolu, tout était derrière lui, ce n’était plus qu’une ombre dans le flot de ses souvenirs.

Il sentit des pattes sur son ventre et baissa aussitôt le regard pour voir Garos, qui souriait, heureux d’avoir été félicité et venant, malgré lui, de faire un lien sur les origines de Sirus. Cette fois, Sirus sourit sincèrement, laissant Garos se perdre dans ses poils. Il restait en ce monde des gens encore bon, des valeurs sur auquel on pouvait toujours compter. La preuve aujourd’hui, Garos était venu sauver Sirus lorsque ce dernier ‘avait été en danger’. Il ne pouvait décrire le sentiment qu’il avait ressentit ce moment là, on venait le sauver, lui un inconnu dans cette foule, cela lui avait fait tellement chaud au cœur. Mais encore une fois, il ne fallait pas oublier la dure réalité qui existait ! Son père avait été trahi par les siens, alors Sirus ne devait pas refaire la même erreur. Lorsque Garos raconta enfin ses origines familiales, Sirus eut un hoquet de surprise. Ainsi donc, voila la raison de toute cette ironie du destin, le mystère venait de prendre fin et le voila face à la terrible conclusion qui venait de s’ensuivre. Il était le neveu de son pire ennemie, et cela ne l’étonnait donc qu’a moitié que son jeune frère est surnommé son fils par le même prénom que son grand frère adoré.

Garos était décidément trop fondant, prenant une bouille d’ange, ce petit savait ce qu’il voulait et pour lui le refus était une chose tout bonnement impossible. Ces paroles la aussi faisaient chaud au cœur, n’importe qui souhaitait un grand frère ou un petit frère, enfin dans le cas de Sirus, cela aurait été un petit frère qu’il aurait aimé avoir. Même ses parents en avaient parlé une fois ! Mais cela ne put jamais être réalisé … Sirus posa sa patte sur la tête de Garos pour tapoter amicalement le haut de son crâne, ses yeux brillaient de mille feux, par la soudaine haine qu’il avait ressentit tout à l’heure et les émotions qu’il ressentait maintenant.


- Ah ces mots font chaud au cœur Garos, mais avant que je ne te réponde, il faut que je termine de te conter cette histoire de la grotte.

Se décollant doucement du lionceau, il se rapprocha du mur pour contempler toutes les empreintes qui y sont apposées. Et c’est avec fierté qui regarda ensuite encore une fois son empreinte. Il commença alors son récit, désignant de sa patte l’ensemble du mur.


- Comme tu as pu surement t’en douter, tu as en face de toi le mur du courage, l’héritage de tes ancêtres, ici sont venu bon nombre de lionceau afin qu’ils passent l’épreuve du courage. Cela leur permettait de prendre conscience des valeurs de la vie, du courage qui était caché en eux et surtout de montrer les liens indestructible qui unies les lions. Car effectivement, les pères ou mères amènent leurs enfants ici, afin de passer ensemble de bon moments et de faire cette étape de la vie en famille. Les lionceaux sont ensuite récompensé en apposant leur patte sur le mur, afin d’y laisser leur trace. Tous viennent sans exception de la terre des lions, afin de perpétuer cette tradition …

Tradition qui s’était perdu avec le temps il semblerait, car la dernière empreinte était celle de Sirus, et plus aucune nouvelle empreinte n’était visible. La seule chose troublante était qu’il y avait une empreinte de lion adulte, tout en haut du mur, Sirus n’avait parlé de ce fait, laissant le temps à Garos d’assimiler tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garos

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Dim 11 Avr - 19:12

    La réponse de Sirus semblait vouloir détourné la question du petit. Garos commença à penser que Sirus ne l’aimait pas vraiment. Il soupira légèrement mais essaya de ne pas faire apparaître trop sa petite mine déçu. Il poussa sur ses pattes pour se retrouvé les quatre points d’appuie du corps sur le sol.

    Garos sentait le lion s’approcher vers le mur pour lui expliquer l’histoire de la grotte. C’était avec attention que le petit imprégna dans sa tête la magnifique histoire qui s’écoulait de génération en génération. Pendant la discussion, le lionceau regarda les nombreuse traces de pattes sur le mur, essayant de visualisé toute la fierté qui avait passer dans ce seul lieu. Puis pendant aussi la discussion, il posa la trace patte encore sur celle de Sirus, son visage émerveiller. Puis après la discussion, il essaya de compté les pattes, mais certaine semblait s’être effacé avec le temps, prouvant qu’il y avait des lustres que les lions faisaient ce genre de chose. Tant d’histoire à raconté, des petites pattes sur un mur… Garos excité retourna enfin le regard vers Sirus.

    -Et moi, ma patte, je la met où?

    Le petit remarqua alors que Sirus regardait du coin un peu plus haut. Le lionceau remarqua alors la grosse trace de patte plus haute. Même si Sirus ne voulait pas faire paraitre ses sentiments, dans ses yeux, Garos voyait quelque chose qui n’allait pas. Le petit se rapprocha de Sirus et le regarda sans dire un mot. Il n’avait même pas besoin de posé la question pour avoir une réponse, croyait-il. Le gamin dévisageait presque son grand frère, attendant patiemment. Puis voyant qu’il n’avait pas la réponse…

    -Sirus… c’est quoi la patte… c’est la personne qui t’as fait passer le test?

    Perspicace ce petit, peut-être un peu trop. Il était un bon observateur et disposait de cette empathie naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirus
Le miroir brisé ~
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : Paradis tropical / Canyon / Rivière des crocodiles

Mon perso'
Âge: Adolescent
Compagnon: /
Particularité: Ombre du Miroir brisé

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Jeu 15 Avr - 23:59

Le temps était le plus grand des fardeaux, elle apportait de nombreuse contrainte mais surtout de grande peur, comme celle de la mort ! On ne pouvait rien n’y faire, le temps s’écoulera quoi qu’on fasse et elle n’attendra personne. Seul la mémoire pouvait se perpétuer pour ne pas oublier ceux qui ont vécu dignement sur ces terres, même si un jour ou l’autre, on finissait tous par tomber dans l’oubli. Ce mur en était la preuve, les traces les plus vieilles finissaient peu à peu par s’effacer, ne devenant plus qu’une simple tâche sombre sur ce mur gris, un peu comme les animaux dans la vie. C’était triste, il ne voulait pas que cet endroit finisse dans l’oubli, il ne voulait pas finir par être oublier. Il voulait que ce lieu vive pour l’éternité, il voulait que son souvenir reste à jamais gravé dans la chaine du temps. Pourquoi leur vie si éphémère devait-elle se terminer sur la vision du manteau froid et obscure de la Mort ? Pourquoi la vie pouvait se comparer à un cycle solaire, à l’aurore ou l’on ouvrait les yeux sur un magnifique ciel bleu et accueillit par les doux rayons chauds du soleil, puis le zénith de la vie où l’on est tiraillé par passé et présent et pour finir le crépuscule, ou nos yeux se ferment sur le ciel gris du soir ? Le jeune Sirus était à présent en transe, n’ayant malheureusement pu entendre la première demande de Garos, celle d’apposer sa patte sur le mur comme tous les autres. Les yeux presque dénué de sentiment, ou l’on ressentait parfaitement l’impression qu’il était dans un autre monde, plongé dans son fort intérieur. Il fut seulement apte de lancer un semblant de réponse lorsque Garos s’était rapproché et avait posé la question sur l’origine de la grosse patte qui se trouvait tout en haut du mur.

- Non, c’est celle du lion héros du conte qui vainquit le monstre

Une réponse mécanique et sans sentiment, plus dit dans une faible voix. Sirus gardait son regard sur le mur, comme absorbé par ce dernier. Mais il reprit bien vite ses esprits, fermant un court instant les yeux et se mordant la lèvre inférieure. Prenant ensuite un visage sérieux, il regarda Garos, ne pensant pas un seul instant que le lionceau ait put remarquer le changement qui venait d’avoir eu lieu en Sirus. C’est donc d’un ton très naturel et d’un sourire qu’il demanda :

- Alors, tu veux apposer ta patte parmi celle de tes ancêtres ?

Oui, cela prouvait bien qu’il n’avait pas entendue la première demande de Garos qui était exactement celle-ci, de même que sa deuxième question, dont il avait répondu indirectement, quoique rien n’indiquait qu’il avait lui-même passé l’épreuve du courage étant lionceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garos

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Ven 16 Avr - 6:09

    Garos attendait les réponses, impatient comme d’habitude. C’est un visage étonné qui apparu sur le visage du petit dès que Sirus ouvrit la bouche. Le lionceau regardait le visage du lion qui semblait ne pas être en très grande forme. C’est un malaise qui s’installa dans la salle, dès que le silence l’envahis. La répétition de la question que Garos avait dit auparavant ne semblait pas arranger les choses. Garos dit d’un ton un peu choquer.

    -Tu m’écoutais même pas… Tu m’écoutais pas!!!

    Puis il se mit sur ses deux pattes arrière et croisa ses pattes avant. Encore une fois, les adultes avaient bon vent de ce que le petit voulait leur dire. Puis Garos retomba alors sur ses deux pattes avant et dit une réplique dure.

    -Si je te dérange, dit le… Tu sais, je peux repasser dans 10 ans…


    Le lionceau laissa son corps tomber sur le sol, un air un peu fâcher. Il détestait qu’on l’ignore, en faite, Garos était l’un de ses lionceaux trop gâtés. Ses parents lui donnaient peut-être trop d’attention ou sinon lui donnait toujours tout ce qu’il voulait pour ne pas l’entendre chialé. C’était peut-être un bon gamin, mais en même temps, il pouvait être chiant de temps à autre. Le petit ne regarda même plus Sirus et ne s’intéressait même plus à l’idée de posé cette patte sur le mur, tellement il voulait bouder.

    -C’est toujours pareil..

    Dit-il, un peu triste… Garos coucha enfin sa tête puis ferma les yeux, comme s’il c’était calmé. Il fallait dire qu’un lionceau pouvait passer d’un émotion à un autre en peu de temps, ce qui était tout à fait normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirus
Le miroir brisé ~
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : Paradis tropical / Canyon / Rivière des crocodiles

Mon perso'
Âge: Adolescent
Compagnon: /
Particularité: Ombre du Miroir brisé

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Ven 16 Avr - 15:15

Et bien, il s’attendait à tous sauf à cela, voila que Garos semblait en colère contre lui. Mais pour quelle raison ? Apparemment, le petit semblait avoir fait une remarque avant et Sirus n’avait pas du l’entendre. Certes, cela était impoli mais de la à en faire un drame … Sirus regarda donc en silence le petit manège de l’enfant roi, qui semblait comme exaspérer de ces situations répétées. Peut être que le petit avait eu trop souvent de situation de ce genre de la, que les adultes et adolescent l’ignore, mais il ne pouvait comprendre pour l’instant les raisons d’un tel acte. Mais pour sur, Garos fera sans doute pareil au lionceau lorsque ce dernier deviendra adolescent. C’était aussi l’une des raisons pour laquelle les adolescents ne restaient pas forcément avec les lionceaux, pas la même mentalité et les centres d’intérêts, les petits voulaient toujours avoir de l’attention et cela pouvait vite devenir lourd ! Dans tout les cas, Sirus avait quand même du mal à s’occuper des lionceaux, c’était en faite sa première expérience et heureusement qu’il avait été un lionceau lui aussi car il n’aurait pas compris une telle attitude de la part de Garos. Fort heureusement que ce petit rayon de soleil vivait chez les non-exclus et non chez les exilés car un tel comportement aurait fait rager n’importe qui et il aurait reçu une punition exemplaire pour plus qu’il ne recommence. Sirus regarda donc le petit bout de chou faire son petit boudin (expression française pour dire bouder), il était amusé par la situation, et encore une fois, il ne pouvait réellement en vouloir à Garos. Après tout, c’était lui qui était dans les nuages, de bien drôle de nuage …

- Aller, un héro courageux et fort ne boude pas, c’est indigne de lui ! Surtout devant le mur du courage, ou les ancêtres nous regardent.

Encore sur un ton théâtral, il se rapprocha de Garos pour lui faire un petit savon amical et espérait qu’il comprenne que c’était pour s’excuser, la vie ne méritait pas qu’on se peine pour de si petit chagrin alors que le monde souffrait de guerre et de bien plus encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garos

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Dim 18 Avr - 18:33

    Le lionceau boudait toujours. Il ne comprenait pas pourquoi les adultes manquaient autant de cette attention envers lui. Mais c’est alors qu’il se posa plein de questions, dans sa petite tête jusqu’à lui aussi, perdre le fils du temps. Soudain, c’est le son de la voix de Sirus qui le ramena à la réalité. Il leva lentement son corps, écoutant son ami. Il avait donc parler du mur du courage, ce qui était un nom, qui lui allait bien. Il fallait être courageux pour vivre une tel expérience. Garos avança de quelque pas, mais cette fois, regarda le mur. C’est alors que Sirus l’agrippa puis mit sa patte sur la tête du petit pour l’ébouriffé.

    -Nah.. haaannnn

    Le lionceau tira tant que possible, avec ses pattes avant pour sortir de l’impasse. Le jeu était lancé, Garos n’allait pas laisser faire Sirus si facilement. Le petit bondie alors sur le lion ado pour le faire tomber. Il prit bien attention à agripper parfaitement son corps pour ne pas tomber durant la chute. Puis le petit commença alors à lui mordiller l’oreille, tout en grognant.

    -Je té eu!

    Dit-il sur un ton satisfait. C’était si amusant de faire les choses différemment pour une fois. En faite, personne ne savait pourquoi ses deux lions avaient eu le plaisir de se rencontré. C’est comme si le destin l’avait voulu ainsi. Garos ne peu s’empêcher alors de redire à Sirus, en arrêtant de se chamailler.

    -Sirus, tu viendras avec nous… après tout ça…

    Il resta sans bouger, son corps déposé dans le cou du lion. Ses yeux étaient pencher sur ceux de Sirus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirus
Le miroir brisé ~
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : Paradis tropical / Canyon / Rivière des crocodiles

Mon perso'
Âge: Adolescent
Compagnon: /
Particularité: Ombre du Miroir brisé

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Dim 18 Avr - 23:06

Sa patte frottait légèrement le haut du crâne de Garos tandis que Sirus riait à gorge déployée, heureux de constater que le lionceau essayait de se débattre pour s’échapper et que cela ne pouvait qu’annoncer une imminente vengeance de la part du petit. Le début d’un jeu, d’un lien et d’une confiance, l’heure était au rire et à l’espoir, et non plus au chagrin et au regret. Pendant une fraction de seconde, il aurait aimé que sa situation soit différente, que sa vie soit différente. Il aurait aimé vivre au rocher, aurait aimé avoir pour vrai petit frère ce rayon de soleil, de vivre une vie calme et paisible, d’être heureux. C’est fou de penser que tout le monde ne cherchait que le bonheur, et que bien peu l’atteignait … C’est pour cela que les êtres étaient doté d’imagination, pour rêver d’un idéal et s’y complaire dans la virtualité, afin de ne pas trop souffrir de cette triste réalité.

Voila que le lionceau arriva enfin à s’échapper de son étreinte, d’un sourire malicieux, Sirus savait que le petit voudrait venir pour continuer cette belle chamaillerie. Mais il n’eut le temps de s’esquiver sur le coté que ce petit fripon sauta sur son dos, sans les griffes bien heureusement, et le plaqua donc au sol, sur le ventre. Voila Sirus immobilisait, tentant de se débattre un peu mais faisant attention que Garos ne tombe pas, il sentait le ‘parasite’ montait sur son échine et lui mordillait l’oreille, tirant encore une fois un sourire à l’adolescent. Entre deux rires, il put prononcer :

- J’abdique, je reconnais ta force grand guerrier !

Tout était loin, la guerre, les exilés, la mort, la haine, seul compter ce moment, si vrai et si vivant, et Ô combien on le sait, tous les êtres vivants souhaitent que ce genre de moment dure éternellement. Malheureusement, plus haut est la falaise, et plus dure est la chute. Le jeune Garos ramena bien vite à la réalité Sirus. Qui le fit perdre son sourire, devait-il dire la vérité ? Non, il savait que le petit ne le pardonnerait jamais, personne ne pouvait comprendre sa situation, ce qu’il ressentait, le pourquoi du comment à la base. Alors, encore mentir ? Cela était mal et lui arrachait le cœur à chaque mensonge, devait-il essayer de ‘détourner la vérité’ ? Sans doute bien pire, surtout lorsque la vérité apparaitra. Il soupira, regardant droit dans les yeux Garos qui était perché sur sa tête. Il devait expliquer bien des choses, et surtout faire en sorte que le lionceau comprenne et l’accepte.

- Je crains que cela ne soit impossible Garos. Tu le sais sans doute, la guerre a commencé entre les non exclus et les exilés, et ton roi a beaucoup à faire, je doute qu’il lui soit permis d’accepter un lion étranger dans son clan, au risque de mettre en danger les non exclus.

Comprendrait-il ? Il en doutait, les affaires de grand étaient toujours un mystère pour les lionceaux, car ils n’avaient pas la mentalité nécessaire pour comprendre tout ce que cela impliquait. C’est pour cela que Sirus s’empressa de rajouter :

- Mais ne t’en fais pas, je passerais souvent ici au canyon, ou bien si cela est trop loin du rocher, d’aller dans la savane, mais il faut sans doute que cela reste un secret entre nous deux …

Un secret, à la fois envieux et repoussant, une fois partagé il était connu de tous et pourtant il fallait bien payer ce maigre prix et prendre ce risque s’il voulait continuer à voir Garos. Car comment réagiraient les lions du rocher à la nouvelle d’un lion prétendue nomade sur leur terre ? Manquerait plus que cette information tombe aux oreilles du roi et que ce dernier décide d’aller voir, et cela en était cuit de Sirus ! Surtout qu’aussi, le lion au pelage chocolat ne voulait pas que le vrai Garos, sa cible, sache qu’il se trouvait dans les environs, attendant le bon moment pour le tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garos

avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Dim 18 Avr - 23:32

    Ce que les adultes pouvaient être étranges. Garos, le tout petit lionceau, avait les pattes dans la fourrure de son grand frère qui parlait de guerre, d’acceptation et de risque. Garos allongea ses pattes, collant Sirus de toutes ses forces, pour ne jamais le lâcher. C’était pas drôle qu’il mette la faute sur cette guerre. C’est à ce moment que le petit Garos, frustré par la vie, frustré de cette guerre inutile. Le lionceau se laissa tomber en bas, faisant un roulé sur le sol, puis il s’arrêta sur le ventre.

    -C’est injuste cette guerre… moi je veux que tu restes…

    Il se leva puis commença à ronronné en collant Sirus au niveau de la tête. Il semblait avoir prit vite une confiance béton avec le nomade, ce qui n’était pas une mauvaise chose en soit. Puis il s’assit, vraiment, vraiment près du lion.

    -C’est la première fois que je me sens vraiment écouté…

    Puis il leva sa patte contre le museau de Sirus. Un moment de silence envahis la salle, comme si les deux lions n’avaient pas besoin de dire grand chose pour réellement se comprendre. Garos avait l’impression d’avoir déjà connu Sirus, mais c’était un peu faux. En même temps, la connections était si forte entre eu, qu’on aurait pus penser qu’ils étaient amis de longue date. Garos n’était plus amuser, plus l’instant perdait de sa bonne humeur, trop triste de devoir laisser partir Sirus. Il avait peur que le lion ne revienne pas, qu’il lui ait mentit. Son imagination vint alors à le hanté, ou pire, il voyait Sirus qui se faisait tuer par les exilés… Garos retomba dans la réalité…

    -Mais promet moi deux choses… Un, tu ne devras pas aller sur la terre des exilés, c’est la terre à l’ombre. C’est dangereux, y'a des lions immondes qui seraient près à te tué pour leur plaisir… et deuxièmement, tu devras revenir me voir et me le promettes…

    Le lionceau tourna ensuite son visage vers le mur, attendant impatiemment la réponse du lion chocolat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirus
Le miroir brisé ~
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : Paradis tropical / Canyon / Rivière des crocodiles

Mon perso'
Âge: Adolescent
Compagnon: /
Particularité: Ombre du Miroir brisé

MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   Lun 19 Avr - 2:55

Il entendait son cœur battre, il sentait la chaleur corporelle du lionceau, il sentait sa joie de vivre, sa peine face à al réalité et sa tristesse face à cette futur rupture. Le petit le serra tellement fort que ce n’était plus le corps de Sirus qu’il serrait mais son cœur, à lui, de jeune adolescent perdu dans cette mer tumultueuse qu’était la haine et la vengeance. Le seul moment de répit entre ces orages, un endroit ou la terre dépassait les flots et ou Sirus pouvait avoir patte, pouvant se reposer et profiter de ces quelques secondes de paix. Mais l’orage reprit bien vite, le petit se laisse lentement tomber sur le sol, Sirus ne réagit point, regardant avec désarroi son compagnon. Si il comprenait sa peine et la partagé, il ne pouvait que rester spectateur, car il fallait comprendre dans la vie que rien n’allait comme on le voulait et qu’on devait tous se plier à la volonté du temps et de la Mort. C’était donc une nouvelle leçon de la vie auquel faisait face Garos et il devra l’assimiler comme tout le monde. L’adolescent posa une patte sur la tête de Garos lorsque ce dernier vint se frotter à lui, ronronnant aussi devant cette rare compassion.

- Rien n’est juste, la vie est ainsi faite, il faut parfois connaitre les deux faces d’une chose pour l’accepter pleinement. Mais sache que tu n’es pas seul ! Rappel toi cette grotte et l’épreuve que tu as passé aujourd’hui, je suis sur que tes parents t’aiment fort et qu’ils seront toujours la pour toi

Les mots étaient impuissant dans ce genre de situation, il laissa le petit posait sa patte sur le museau de l’adolescent chocolat, et chacun se regardait droit dans les yeux, transmettant leurs pensées et sentiments. Même si ils allaient bientôt devoir se quitter, il savait qu’il le reverrait et qu’ils passeraient encore un moment formidable ensemble, alors à quoi bon à se peiner et gâcher ses rares instants ? Même si ils n’étaient pas sur la même terre, ils sont sous le même ciel, loin des yeux mais proche du cœur, seul la vérité les fera sombrer dans le chaos et la haine, l’incompréhension et le tourment.

C’est alors qu’il vit les yeux de son ami se teinté de cette effroyable couleur qu’est la peur, une horrible frayeur venait de germer dans l’esprit du lionceau qui semblait affolé. C’est pour cela que, liant a jamais leur secret, le petit décida de formuler une bien grande requête, une promesse. Promesse déjà brisé avant même d’être formuler, était-ce possible ? Et bien dans cette situation oui, ou du moins en partie seulement. Comment ne pouvait-il plus aller sur la terre des exilés ? Il l’aurait volontiers accepté cette promesse, car il n’avait pas besoin des exilés pour accomplir sa vengeance, il était assez fort pour le faire seul ! Mais non, il ne pouvait pas partir, il y avait sa mère, sa chère et tendre mère, sa dernière attache en ce monde, qu’il ne voulait perdre à aucun prix.


- Je te promets de revenir te voir, il ne faut pas t’inquiétez, pas même le destin pourra se mettre en travers de cette promesse.

C’était contre sa nature de faire la première promesse, il ne pouvait décemment mentir comme cela, c’est donc, avec courage et volonté, qu’il ne fit que la deuxième promesse, se préparant à répondre la vérité au petit si ce dernier demandait à ce qu’il fasse la première promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le Destin s'acharne [PV Garos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le Destin s'acharne [PV Garos]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand on était jeunes et beaux!
» LES ENFOIRES A STRASBOURG : QUI ET QUAND ?
» Le destin de Lisa & Ugly Betty
» La vie c'est mieux quand on est amoureux
» comment sa se passe dans le parc quand il fait moche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle lignée : la renaissance :: La Terre des lions :: Le canyon-
Sauter vers: